Goddesses
Name, pet?
Goddesses

A temple for the Greatest Goddesses
 
HomeHome  CalendarCalendar  GalleryGallery  FAQFAQ  SearchSearch  MemberlistMemberlist  UsergroupsUsergroups  RegisterRegister  Log in  
Search
 
 

Display results as :
 
Rechercher Advanced Search
Latest topics
» New Total Slave! [Italian Slave]
Sat Apr 23, 2011 1:50 pm by D3fend3r96

» new sub on the market
Sun Mar 20, 2011 7:19 pm by QuentinSub

» new pussy slave
Fri Mar 11, 2011 12:44 am by mistresssnslavel

» Male slave for you from South Africa
Fri Dec 10, 2010 9:28 am by ZELLETA

» My lot in life is to serve a superior female
Tue Oct 05, 2010 2:34 am by Sterling Ward

» Ticklish Slave
Sat Oct 02, 2010 10:32 pm by Ticklishboi

» Homework Slave
Sat Sep 25, 2010 11:34 pm by Lovermuzic

» iam just a shoes shine
Wed Sep 01, 2010 9:03 am by emerckboy

» new slave looking to serve
Mon May 10, 2010 4:58 pm by asimtold

Navigation
 Portal
 Index
 Memberlist
 Profile
 FAQ
 Search
Who is online?
In total there is 1 user online :: 0 Registered, 0 Hidden and 1 Guest

None

Most users ever online was 26 on Wed Dec 18, 2013 7:15 am

Share | 
 

 Témoignage d’un homme soumis

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
ptit-cuisinier

avatar

Posts : 1
Join date : 2009-12-24

PostSubject: Témoignage d’un homme soumis   Thu Dec 24, 2009 1:56 am

Si j’écris ce témoignage, c’est d’abord pour rendre hommage aux Femmes, déesses de l’amour et de la beauté. La plus belle des créatures que le monde ait pu créer.



J’écris ensuite pour témoigner sur ma condition d’homme soumis, afin d’expliquer ici mon réel bonheur à servir et aimer une femme en choisissant délibérément la soumission. Beaucoup d’hommes en effet ne comprennent pas, ou ne veulent pas comprendre mon attitude et ma dévotion envers la Femme que j’ai choisi d’aimer. Et je dis bien choisi, car ce n’est ni par contrainte ni par faiblesse que j’ai décidé d’obéir à celle qui est devenue ma Maîtresse, mais simplement par amour et par passion. Et en m’abandonnant à elle, c’est le bonheur que j’ai découvert. La soumission n’est pas une prison, ou alors avec la porte grand ouverte car aujourd’hui, rien ne m’empêche de partir. Mais quand on a découvert le bonheur, le plaisir et la sérénité, on n’a plus envie de le quitter. C’est aussi simple que ça. L’abandon de soi n’est pas un sacrifice, mais un acte d’amour. Quel autre plaisir aussi fort peut-il y avoir que de rendre une femme heureuse ? Car ce que j’ai découvert dans l’évolution de notre relation domination soumission, c’est qu’en donnant beaucoup à ma Maîtresse, je recevais dix fois plus d’amour qu’avant. Ma Maîtresse ne m’aime que davantage devant mon amour pour elle. Et depuis que je la sers et lui obéit, elle est beaucoup plus attentionnée à mon égard, plus câline, plus amoureuse. Notre relation s’est trouvé enrichie. Alors aujourd’hui, pour rien au monde je ne voudrais quitter ma douce vie d’homme soumis, pour retrouver la vie de couple monotone de monsieur et madame tout le monde qui finit souvent par une séparation après tant de déboire et de chamailleries. Que de temps perdu inutilement, et quel dommage de passer à coté du bonheur qui souvent nous tend les bras.

Bien sûr, j’imagine que certains hommes en me lisant doivent être sceptiques, et se demandent comment on peut trouver le bonheur en étant un esclave. C’est justement que je ne suis pas un esclave, comme beaucoup de gens ont tendance à penser quand on parle de domination. En effet, beaucoup de gens parlent sans savoir, et dès que l’on prononce le mot soumission, beaucoup y perçoivent immédiatement le côté dégradant et vulgaire. Alors qu’il n’en est absolument rien. La relation de Maîtresse soumis n’est pas une relation de force ni un abus de pouvoir, c’est en fait un échange, ou chacun occupe sa place qu’il a librement choisie. C’est une relation d’amour qui ne peut évoluer que dans le respect mutuel, et quand on a compris ça, on peut enfin entrevoir le bonheur qui se propose à nous.

Aujourd’hui, je suis un homme parfaitement épanoui, et cela grâce à la Maitresse merveilleuse qui saura me guider. Chaque jour je vais travailler, je peux voir mes amis et ma famille aussi souvent que je le veux, je peux faire du sport et sortir pour me détendre comme c’est le cas pour beaucoup d’entre vous. La seule chose qui change avec tous les autres couples,
c’est que la femme domine.
Et je dois dire aussi qu’aujourd’hui, j’y trouve beaucoup d’avantage.
Beaucoup plus que dans une vie dite « normale », où l’homme doit sans cesse prouver et décider.

Mais bien sûr on ne devient pas soumis en quelques jours. C’est un long cheminement, une progression lente avec beaucoup d’amour et de complicité. Il faut d’abord aimer la Femme avant de vénérer sa Maîtresse et que celle-ci aime d’abord son homme avant de dominer son soumis. Sans respect mutuel, sans amour et sans complicité, cette relation n’a aucune chance d’aboutir.

il n’était nullement question de domination. On s’est aimés comme n’importe quelle couple, partageant amour, plaisir, et complicité.

Cela a commencé lentement. D’abord par notre vie sexuelle. Ma femme n’avait rien de la femme qui s’allonge sur le dos et qui attend que l’homme lui donne du plaisir, alors tout naturellement, dès les premiers instants elle prit les initiatives. Si cela m’a un peu perturbé la première fois, je dois dire que je me suis habitué très vite. Car c’était très plaisant pour moi. Je n’avais rien du macho de base qui se sent obligé de jouer les hommes virils en montrant sa puissance.
Toutes les autres femmes que j’avais connues avant ma femme étaient plutôt du genre à attendre, à me laisser toutes les initiatives. Et je dois avouer que si cela ne me déplaisait pas, je n’éprouvais pas pour autant une grande satisfaction à diriger. Et pour tout dire, je trouvais à l’époque que faire l’amour n’avait rien de bien transcendant. Cela me plaisait, mais sans plus.

Alors quelle différence avec une Maîtresse femme !

Le fait de faire l’amour avec une Femme active qui assumait pleinement ses désirs fut une révélation pour moi.
En la laissant prendre les initiatives, elle me fit découvrir tout le bonheur à faire l’amour.
Elle jouait avec mon excitation, faisant monter mon plaisir, avant de le freiner pour mieux le laisser rejaillir.
Et quelle force dans la jouissance quand vous ne la contrôlez plus.
Quel plaisir de se laisser bercer, caresser, cajoler.
Je découvris grâce à elle ce que voulait dire faire l’amour. Les Femmes ont une vraie connaissance et une vraie sensibilité à l’érotisme, à la sensualité, à l’amour.

Et je découvris en même temps le plaisir qu’il y avait, non pas à obéir, mais à se laisser guider. Car comme je lui laissais les initiatives pour mon plus grand plaisir, elle m’indiquait ce qu’elle aimait elle. Je me laissais faire, et comme elle me donnait tellement de plaisir, c’est avec bonheur que je répondais à ses demandes.

Je crois qu’inconsciemment, c’est là que j’ai pris conscience du plaisir à donner, à offrir, à me laisser guider. Plus de questions à se poser, plus de réponses à trouver, plus de pression. Je n’avais plus besoin de réfléchir sur comment rendre ma Femme heureuse. Elle m’indiquait où était son bonheur, et moi je me soumettais volontiers, et lui offrais ses désirs pour la rendre heureuse. Quel plaisir et quel confort de s’abandonner à ses désirs. Je n’avais jamais éprouvé un tel sentiment d’importance, de bonheur et de liberté.

Pour le reste, tout a été lent et progressif. Mais néanmoins, le plaisir de me laisser guider, d’être soumis à ma reine se fit encore plus présent et plus évident. Je me sentais bien, et j’avais envie de la rendre encore plus heureuse, d’être un homme protecteur et attentionné. Je voulais veiller sur elle, sur son bonheur. Alors naturellement, comme elle rentrait tard du travail, je me mis à préparer le repas, à mettre la table et la servir. Ses yeux étaient brillants chaque soir, et je savais que cela la rendait heureuse de trouver le dîner prêt à son retour à la maison. Et il était naturel pour moi qu’elle se détende après une dure journée de travail.

Un dimanche, alors que je débarrassais la table, je surpris ma femme entrain de commencer la vaisselle. Sur le moment, je fus surpris. Et cette image me déplut. Je me suis alors approché de ma femme, je l’ai enserré amoureusement, et gentiment, je lui ai retiré ses mains du bac à vaisselle. Tendrement je lui ai alors glissé à l’oreille qu’elle n’avait pas à faire ça, que j’étais là et qu’elle devait plutôt se détendre et profiter de son dimanche. Son sourire était radieux et j’étais heureux de pouvoir lui offrir tant de bonheur.

A partir de ce jour, je me mis naturellement à m’occuper de la maison.
Ma femme ne me dominait pas encore comme elle le ferait aujourd’hui,
mais il devenait évident pour moi que je m’occupe des tâches ménagères.
J’admirais ma femme, qui n’était pas encore ma Maîtresse mais que je commençais à voir comme telle. Et naturellement, cela devenait inconcevable pour moi que ma femme, travaillant dur la semaine, fragile, tendre et amoureuse, fasse ces choses là pendant son temps libre. Je voulais la décharger de tous ces petits soucis du quotidien. Je voulais qu’elle se détende, qu’elle soit heureuse.

Les jeux de domination soumission se sont développés comme une suite logique. Cela a commencé en douceur. J’avais toujours eu un petit faible pour les pieds des Femmes. J’étais en quelque sorte sans vraiment le savoir un fétichiste des pieds. Et un jour naturellement, alors que ma femme rentrait du travail, épuisée après de long moment de marche, je me proposais du lui retirer ses chaussures et lui faire un petit massage des pieds pour la détendre. Et comme elle appréciait beaucoup, je recommençais ainsi chaque jour pour son plaisir. Et une fois, sans vraiment m’en rendre compte, je lui fis un petit bisou sur le pied. Elle a souri immédiatement, me disant que c’était très agréable d’avoir son homme à ses pieds, et de se les faire embrasser. Ce qui était un simple petit jeu, est devenu par la suite un rituel auquel je prenais moi aussi beaucoup de plaisir. Alors chaque soir, c’était devenu un moment incontournable. Quand ma femme rentrait du travail, elle s’asseyait dans le canapé, et je venais tout naturellement la déchausser, et les petits bisous du départ sont devenus de gros bisous, et une véritable vénération pour ses pieds. Je prenais chaque soir un grand plaisir, et je dois avouer qu’avec l’habitude, c’était devenu un rituel dont aucun de nous deux ne voulait se passer.

Comme je l’ai dit plus haut, tout se fait dans le respect mutuel et dans la complicité. Car sinon rien ne pourrait se passer. Et si tout est concentré en quelques lignes, je rappelle qu’il faut du temps, et que cette relation ne se développe qu’avec la patience et au fil des mois. Mais bien sûr, ici je suis obligé de regrouper les évènements.

Bien plus tard, alors que ce petit rituel durait depuis plusieurs mois, ma femme est un jour rentrée avec de jolies et longues bottes en cuir noir. Je l’ai d’abord félicité sur leur beauté. Je la trouvais plus belle encore. Plus femme. Mais lorsqu’elle s’est trouvée assise et que je m’apprêtais à lui retirer, elle m’arrêta avec un sourire. Elle s’est juste contentée de me dire « embrasse les avant, fais-moi plaisir ». Je ne fus pas vraiment surpris de cette demande, et comme dans un rêve, sans vraiment chercher à comprendre, je me suis penché et avec amour j’ai embrassé ses bottes. Elle m’a demandé ensuite de me mettre nu pour le faire. Ce qui m’a gêné à ce moment là, ce n’était pas vraiment d’être nu, mais plutôt de lui montrer ma belle érection. Car cela m’excitait énormément. Je ne pouvais donc plus lui cacher davantage mon trouble à être à ses pieds et lui embrasser ses bottes. Je dois avouer qu’à cet instant, ma crainte était plutôt de la décevoir. Mais devant son énorme sourire, je fus immédiatement rassuré. A partir de ce moment là, chaque jour je me mettais nu pour la recevoir, et c’est avec un immense plaisir que je lui embrassais ses chaussures avant de lui retirer.

Ma femme n’ordonnait pas, ne me forçait pas. Elle me guidait juste dans le plaisir de ces jeux. Elle m’éduquait avec subtilité et tendresse, pour me faire progresser à ma vitesse, vers un jeu où nous prenions beaucoup de plaisir. Et c’est avec une grande joie que j’accueillais à chaque fois ses nouvelles idées.

C’est le collier qui est arrivé ensuite. Ma femme savait me présenter les choses, en utilisant les allusions bien placées. Et un jour, alors que je lui embrassais ses escarpins, je l’entendis me dire que je serais certainement plus beau avec un collier, et que cela devrait m’aller très bien.

Pendant quelques jours, je me demandais ce qu’un collier pourrait apporter de plus. Comme d’habitude, ma femme ne m’imposait rien. Elle se contentait de me suggérer les choses, et elle me laissait le temps d’y réfléchir, d’y penser librement. Et lentement dans ma tête, a germé la notion de symbole fort. Un symbole d’appartenance dans la complicité, dans l’amour. Une sorte d’alliance qui montre à la personne aimée à quel point on l’aime. Je me suis rendu compte du merveilleux cadeau que je pouvais lui faire. Et c’est donc moi, un samedi après midi, qui ai formulé la demande pour aller acheter un collier. Nous l’avons donc choisi ensemble. Et le soir même, j’éprouvais une grande fierté à le porter pour elle. Ma femme était ravie. Ce fut, je dois le dire un grand moment qui restera gravé dans nos mémoires.

Et sans m’en rendre compte, je me suis aperçu que je ne le quittais plus. C’est ma femme qui me le fit remarquer. Un peu surpris, et ayant peur de la décevoir, je lui demandais alors si cela lui déplaisait. Elle me répondit avec un grand sourire qu’au contraire, cela lui plaisait beaucoup, et qu’elle était heureuse que je lui montre mon bonheur en portant ce collier.

Quelques semaines plus tard, c’est la laisse qui vint pimenter nos jeux. Je découvris alors le plaisir de la promenade avec ma femme. Depuis quelques temps déjà, elle s’amusait à me faire marcher à quatre pattes, me disant qu’elle me trouvait très beau et que c’était très excitant à voir. Alors dès qu’il y avait quelque chose à aller chercher, j’y allais à quatre pattes pour faire plaisir à ma femme. La laisse est donc venue naturellement. Si le collier est un symbole d’amour et d’appartenance que j’aimais porter, la laisse représente un autre symbole. Celui qui nous relie ensemble physiquement. Quand ma femme me tenait en laisse, c’est son amour qu’elle tenait fort près d’elle pour que personne ne lui prenne. Et je me sentais fort, important, aimé et respecté.

Les choses ont évolué petit à petit, comme une progression normale, sans jamais que je ne sois forcé ni contraint. Mais ce qui était acquis devait le rester. Et c’est comme ça que la notion de punition est arrivée. Elle aussi, naturellement. Quand ma femme me trouvait un peu mou ou peu enthousiasme, elle avait trouvé la solution de m’envoyer au coin pour me motiver. Et en revenant, je me sentais encore plus soumis, ce qui l’a rendait heureuse. Je dois même avouer, que non seulement ces punitions me faisaient beaucoup de bien, mais aussi que parfois je les provoquais pour vérifier son amour.

Puis, nos jeux ont évolué et vont donc beaucoup plus loin. Ma femme a su m’éduquer pour faire de moi un parfait soumis à son plaisir. J’ai progressé, pour mon bien et pour notre bonheur, et à chaque fois, ses nouvelles idées me transportent de plaisir car je sens vraiment ma femme heureuse et épanouie. Alors comme je le disais plus haut, qu’y a-t-il de mieux dans la vie que de rendre sa Femme heureuse ?

Dans la relation femme et soumis, le jeu est important, et je dois dire que ma femme aimais particulièrement jouer avec moi. Bien sûr, certains hommes en me lisant peuvent être surpris à la lecture de certains actes ou certaines positions que je suis amené à faire pour notre plaisir. Mais il faut replacer les actes dans leurs contextes, car en les lisant comme ça, à froid, on peut les trouver ridicules. Mais quand on est soumis, et que notre femme nous domine avec amour, tout cela se fait naturellement. Par exemple, ma femme aimais particulièrement me promener à quatre pattes. Et un jour, pour pimenter le jeu, elle a posé devant moi un bol d’eau fraîche. Dans le contexte, j’ai trouvé cela tellement naturel que j’ai bu l’eau en lapant sans me poser de questions. Ma femme était fière de moi, et la récompense fut grande et intense pour moi. Et logiquement, après quelques semaines où je prenais l’habitude de boire dans mon bol, ma femme me fit manger à ses pieds, dans une gamelle. Je dois avouer que la première fois, je fus assez hésitant et elle dut m’encourager pour prendre mon repas complet à ses pieds. Mais aujourd’hui, c’est un véritable plaisir. Et comme je ne le sais jamais à l’avance, à chaque fois que je vois ma gamelle sortie dans la cuisine, je suis toujours très impatient et très excité à l’idée de manger à ses pieds après une bonne promenade.

La sodomie est aussi arrivée comme une logique. Ma femme m’avait déjà suggéré son envie de me faire l’amour ainsi. Alors, pour lui faire plaisir, je lui ai offert moi-même à un Noël un gode ceinture. Elle fut très heureuse de son cadeau. Depuis, elle prend un plaisir immense à me faire l’amour. Elle ma sodomiser toujours avec douceur, écoutant avec passion mes gémissements que je lui offrais par la pénétration. Au début, comme tous les hommes qui pratiquent la sodomie, j’avais quelques craintes. Mais bien vite, grâce à la tendresse, la patience et le savoir faire de ma femme, mes peurs ont vite disparus pour laisser place à un plaisir commun.

notre vie sexuelle se trouva vraiment enrichie et très excitante à vivre. J'ai pris du plaisir comme jamais auparavant une femme ne m’en a donné. Ma femme ma fait toujours découvrir de nouveaux jeux, dans l’amour et le respect mutuel, ce qui est la base de notre relation.

A travers ce témoignage, je voulais simplement, non pas faire l’apologie de la soumission, mais essayer d’éclairer certains et certaines d’entre vous sur le bonheur qu’il peut y avoir à se laisser dominer. Je voulais juste essayer d’expliquer que c’est avant tout une relation d’amour. Je me suis décidé à écrire mon histoire, parce que beaucoup trop de gens confondent les jeux de soumission dans le couple, avec le sm, ou la domination par intérêt, par perversion ou par dépendance. Dans une relation telle que la nôtre, il n’y a que de l’amour, de la complicité et un grand respect.

Aujourd’hui, je suis un homme malheureux.
Je ne suis ni un esclave, ni une machine qui obéit et qui n’a pas le droit à la parole.
Trop de gens ont tendant à faire l’amalgame entre être soumis, et être une espèce de bête de foire qu’on enchaîne à la cave.
Je voulais juste remettre les choses à leur place et montrer que la soumission peut être un merveilleux rêve éveillé.

A l’heure où je termine d’écrire ce témoignage,
Ma femme est décédé.depuis 15ans
Alors aujourd'hui comme chaque jour, je vais aller attendre ma déesse comme ma femme me l’a appris .
A genoux et la tête baissée pour lui montrer mon amour et ma passion pour elle..

Je lui servirai son repas comme d’habitude, et ensuite, peut être qu’elle me fera l’honneur de m’autoriser à me coucher à ses pieds pendant qu’elle regarde la télé. Je lécherai alors ses pieds nus avec amour et passion. Je dois avouer que c’est ma pratique préférée.

Comme ma Maîtresse en devenir va lire ma confession
l’envoyant pour publication sur le net, j’en profite pour lui présenter tous mes hommages, et lui témoigner toute ma gratitude pour l’amour qu’elle me donnera, pour la patience qu’elle emploiras pour me guider vers un total bonheur. Et je prie pour que cela dure longtemps, et qu’elle continura de me guider encore vers une meilleure façon de l’aimer et de la servir comme le fit ma femme
Back to top Go down
View user profile http://www.slaveregister.com/733-580-005
 
Témoignage d’un homme soumis
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Goddesses :: Generalities :: Slave Presentation-
Jump to: